Pourquoi courir est bon pour le moral ?

C’est bien connu, courir ça fait du bien ! C’est bon pour le moral, on le sait, mais pourquoi ? Est-ce valable pour tout le monde ? Avec cet article vous allez comprendre pourquoi le footing est un remède infaillible face aux petits coups de blues.

Eh oui ! Des études l’ont prouvé à de nombreuses reprises : courir permet de lutter contre la dépression. Courir régulièrement a les mêmes effets qu’un antidépresseur. Tout ceci n’est donc pas une simple expression que l’on sort à tort : c’est médicalement prouvé. En effet, en 2011, l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé) a déclaré que c’était une des activités les plus efficaces pour lutter contre les symptômes de dépression légère et pour prévenir leur apparition.

Mais pourquoi ? Lorsque vous courrez, vous libérez des endorphines, des molécules qui agissent sur la douleur et améliorent l’humeur : c’est l’hormone du plaisir, l’anti-stress naturel du sportif. Cette drogue naturelle est produite par le cerveau dans des situations de stress psychologique ou physique. L’hormone du bonheur est dotée des mêmes pouvoirs que l’opium et sa structure se rapproche de celle de la morphine, on peut donc connaître une certaine dépendance en cas de surdosage mais rien de dramatique. Le seul risque est de négliger sa vie privée, son travail, pour se consacrer au sport. Mais en cas d’exagération, le corps réagit et vous alerte, souvent par une blessure.

En revanche, pour libérer cette molécule magique, il ne suffit pas de courir cinq minutes. Effectivement, pour ressentir un effet positif, il faut sécréter suffisamment d’endorphines et donc maintenir l’effort pendant au moins une demi-heure. Vous sentirez alors une sensation de bien-être pendant et après votre séance. Oui, la sécrétion d’endorphines est à son maximum entre 45 minutes et 1 heure après l’effort.

Une seconde molécule a des effets positifs sur vous : la dopamine. Celle-ci diminue la sensation de fatigue et est sécrétée quelques minutes après le début de votre course. Cette hormone du plaisir est également produite par votre cerveau quand vous consommez de l’alcool, de la drogue ou lors d’activités sexuelles !

La course à pied vous permet aussi de gagner en confiance, d’avoir une meilleure estime de vous. En effet, vous vous appropriez votre corps, vous ne faites qu’un avec lui, vous vous fixez des objectifs à atteindre et en constatant des progrès, vous ressentirez forcément un changement positif sur votre moral. Allez au bout de vos capacités, être fiers de vous et de vos efforts agira sur votre humeur !

Attention, cela ne veut pas dire qu’il faut faire l’économie d’une thérapie en cas de dépression sévère. Certaines personnes auront besoin de plus que la course à pied pour guérir de leurs maux.

 

Alors c’est parti, on arrête tous de se morfondre, on enfile nos baskets et on va courir pour fuir les petits tracas du quotidien !

A propos de l'auteur

Eloise

Passionnée de sport et de voyages. Community Manager qui aime écrire et partager !

1 Commentaire

Laisser un commentaire